Qu’est-il arrivé à la jeune femme enceinte de Kantchari ?

Lorsqu'elle a cessé de se présenter à ses séances de groupe, j'ai cherché des réponses.

En 2018, E2A et Pathfinder International ont lancé une initiative pour les jeunes parents pour la première fois au Burkina Faso, avec un financement de l’USAID et en collaboration avec le ministère de la santé du Burkina Faso. En travaillant dans les communautés et les formations sanitaires, notre projet a permis de recueillir des données précieuses sur cette population de jeunes vulnérables et sur les meilleurs moyens de répondre à leurs besoins urgents, en particulier sur la manière de faire progresser les soins prénatals, les services obstétriques et néonatals et la planification familiale volontaire. Ci-dessous, Philomène Bambara, responsable régionale du programme, nous raconte une histoire qui illustre pourquoi ce travail est si difficile et si important.

Lors de notre session de groupe pour les mères pour la première fois, une des jeune femme enceinte était introuvable. Elle était l’un de nos membres réguliers, et je voulais donc savoir pourquoi elle était absente.

Je me soucie beaucoup de ce qui arrive aux jeunes femmes dans mon pays, et en particulier à ces jeunes femmes qui sont mères pour la première fois. Ici, dans la région de l’Est du Burkina Faso, de nombreuses filles sont encore contraintes au mariage précoce. Retirées de l’école et éloignées de leur famille, elles sont installées chez leur mari et subissent des pressions pour prouver rapidement leur fécondité.

Dans la région de l’Est du Burkina Faso, où le taux de fécondité est le plus élevé du pays, le mariage et la grossesse commencent tôt pour les filles

 

17.2 : âge médian de mariage pour les femmes 17.3 : âge médian de début de l'activité sexuelle 18.4 : âge médian pour la première naissance

Imaginez que vous êtes une de ces jeunes femmes…

Tout d’un coup, vous faites partie d’une nouvelle famille que vous ne connaissez pas très bien. Vous êtes parachutée dans un système fondé sur des hiérarchies puissantes, dans lequel les femmes n’ont pas le droit de s’exprimer, et encore moins de discuter de sujets sensibles comme la sexualité ou la reproduction. Vos décisions en matière de santé sont gérées par votre mari, votre belle-mère ou vos co-épouses.

Lorsque vous tombez enceinte pour la première fois, vous devez d’abord en parler à votre belle-mère. Vous ne devez dire à personne d’autre que vous êtes enceinte. Et c’est votre belle-mère qui dit à votre mari que vous êtes enceinte. Ensuite, elle informe les autres membres de votre famille de votre grossesse.

Votre mari est un autre important gardien de l’information. Vous ne pouvez pas discuter de questions de santé en dehors de votre domicile, sauf si vous avez l’autorisation de votre mari. Et sans le consentement de votre mari, vous ne pouvez pas utiliser la planification familiale.

Pour atteindre les jeunes mères pour la première fois, nous devons également considérer leurs influenceurs     

Depuis 2018, je travaille sur un projet qui répond aux besoins en matière de planification familiale et de santé reproductive, maternelle et infantile des jeunes mères pour la première fois dans 77 villages des régions Est et Centre-Nord de mon pays. Au cœur de notre projet, il y a les jeunes femmes elles-mêmes. Nous avons recruté et formé 132 mères pour la première fois pour qu’elles servent de mères leaders, qui ont animé des sessions de groupe pour d’autres mères pour la première fois sur une série de sujets liés à la santé et au genre, allant de la reconnaissance des signes de danger pendant la grossesse aux méthodes contraceptives et à l’allaitement maternel exclusif.

“Mon opinion a changé car avant de rejoindre le projet, je ne savais pas ce qu’était la planification familiale. Maintenant que j’ai rejoint le projet, on me l’a montré. Si vous choisissez une méthode de planification qui va bien avec votre corps, [vous] pourrez mener vos activités sans soucis. Votre enfant sera en bonne santé, et vous aussi”. -MPPF, 19 ans

Comprenant que l’aide aux ménages est essentielle pour apporter aux jeunes mères pour la première fois des connaissances et des services pour protéger leur santé et celle de leurs enfants, notre équipe a fait un effort concerté pour faire participer leurs maris et belles-mères.

Nous avons formé des agents de santé communautaires locaux pour mener des séances de discussion et des visites à domicile impliquant ces influenceurs clés. Notre objectif était de les sensibiliser et de renforcer le soutien à l’accès des jeunes femmes à des services de santé indispensables, tels que les soins prénataux, l’accouchement sans risque et la planification familiale du post-partum. Le travail avec les maris et les belles-mères a permis de supprimer certains obstacles, comme le manque d’information, et d’aider les jeunes femmes à obtenir le soutien de leur famille pour se rendre dans les formations sanitaires.

“[La séance avec les maris] nous a permis de mieux connaître le sujet et d’en discuter avec nos femmes. Nous allons nous asseoir et en discuter. Chacune dira combien d’enfants elle souhaite avoir. Tout le monde sait que la vie est devenue compliquée et avant de faire un choix, chacun doit être conscient de ce fait. Il est donc nécessaire de se mettre d’accord”. -Homme de FTM, 26 ans

Je crois que notre projet est révolutionnaire dans la structure de ces discussions, car il réunit des mères pour la première fois et leurs influenceurs pour discuter des mêmes sujets qui sauvent des vies. Et nos efforts collectifs ont porté leurs fruits.

Obtenir des résultats

Les mères pour la première fois ont signalé les changements suivants à la suite de la première phase du projet :

✔️Meilleure compréhension des avantages d’une bonne synchronisation et d’un espacement sain des grossesses

✔️Amélioration des connaissances en matière de planification familiale et des attitudes à l’égard de son utilisation, tant par les mères pour la première fois que par leurs maris

✔️Amélioration de la communication entre les couples sur la planification familiale

✔️Amélioration des connaissances sur les avantages des soins prénatals pour la santé, notamment sur l’importance de recourir à des services dès le début de la grossesse

✔️Connaissances accrues sur l’allaitement maternel exclusif et ses avantages

Vous pouvez voir d’autres résultats et ce que nous avons appris en lisant le résumé du projet phase I et le rapport complet phase I (en anglais) ici.

Personnellement, je suis encouragé par ces progrès et je suis fière d’annoncer que nous avons mis en place des activités dans de nouveaux villages afin d’en faire bénéficier encore plus de parents pour la première fois. En fait, je pense que notre approche devrait être étendue à tous les villages de la région. Ces jeunes femmes sont vraiment motivées, et nous devrions continuer sur leur lancée.

Je suis également consciente que pour surmonter les défis liés à l’environnement socio-écologique dans les communautés, il faut un travail de fond à long terme. Et beaucoup de persévérance.

Cela me ramène à notre jeune mère disparue

Après avoir constaté son absence aux sessions du groupe de pairs, mon équipe l’a contactée pour en savoir plus.

Il s’est avéré qu’elle était très malade, avec une fièvre persistante. Elle ne voulait rien dire à sa belle-mère, car elle pensait qu’elle devait endurer cette maladie dans le cadre de sa grossesse. Ce n’était pas le cas – elle avait le paludisme. Elle s’est retrouvée à l’hôpital, où elle a fait une fausse couche.

Sans sa grossesse, elle avait honte d’être parmi les autres parents pour la première fois. Elle ne voulait plus participer.

J’ai donc demandé qu’un agent de santé communautaire lui rende visite chez elle – pour la conseiller sur les causes possibles de la fausse couche et sur l’importance d’attendre six mois avant de retomber enceinte. Nous l’avons encouragée à rejoindre les groupes de discussion.

Et elle l’a fait ! Elle a participé à toutes les autres discussions et a choisi de retarder sa prochaine grossesse pour se protéger.

Son histoire me touche vraiment. Bien que notre projet ait couvert de nombreux villages et soutenu de nombreuses femmes, son histoire montre l’importance de chaque mère pour la première fois. Elle nous rappelle à quel point il est facile pour une jeune mère pour la première fois de passer entre les mailles du filet. Et comment – si nous travaillons ensemble – nous avons le pouvoir de la rattraper.

Si nous agissons maintenant et augmentons notre soutien aux parents pour la première fois du Burkina Faso, le reste de leur vie sera meilleur. Notre investissement d’aujourd’hui peut améliorer non seulement leur santé, mais aussi celle de leurs conjoints et de leurs familles pour les années à venir.