Autoriser les jeunes à éviter les grossesses non planifiées et à rendre ma soeur fière

Zeynabou Bere

zeynabou bere of burkina faso
Zeynabou Bere

J’ai compté plus de 20 grossesses, toutes non planifiées.

Quand j’étais au lycée, je passais de classe en classe et comptais toutes les adolescentes qui étaient dans leur dernière année d’école et enceintes. Je voulais connaître leurs expériences.

Je me tenais devant ces filles, en écoutant leurs histoires. L’un après l’autre, ils ont dit: «Je ne connaissais pas la contraception. »

Grâce à leurs histoires, j’avais convaincu mon directeur d’accorder ma permission de donner des discussions éducatives sur la sexualité et la contraception à mes collègues.

C’était ma première incursion dans le plaidoyer en faveur de la santé sexuelle et reproductive.

Et j’ai pensé à ma soeur.
***
Le sort malheureux de ma soeur, Farida, a inspiré ce travail de plaidoyer précoce.

Lorsque ma sœur aînée avait 14 ans, et j’avais seulement 11 ans, elle était tombée enceinte inattendue. Ma sœur était à l’école à l’époque, mais elle a dû abandonner. Mon père était tellement bouleversé par Farida, il l’a envoyée vivre avec ma tante. Farida a eu une grossesse difficile à la maison de ma tante, et elle est morte un mois plus tard. Son bébé, Abdoul Kader, a survécu. Abdoul a maintenant neuf ans sans mère.

L’histoire de ma soeur n’est pas une anomalie dans mon pays. Au Burkina Faso, les discussions sur la santé sexuelle et reproductive sont tabou. L’Enquête démographique et de santé de notre pays révèle que seulement 10% des jeunes utilisent la contraception soit en raison de l’ignorance, du manque d’information, soit des contraintes socioculturelles.

Nous pouvons changer cela.

***
En tant que défenseur, je veux m’assurer que d’autres jeunes femmes et filles au Burkina Faso ne doivent pas supporter la douleur et les difficultés que faisait ma soeur. Je veux les informer sur les avantages de l’utilisation de la contraception. Et je veux pousser mon pays à accorder aux jeunes un accès facile à toute une gamme de méthodes contraceptives – gratuitement.

Pour que cela soit une réalité, nous devons tous préconiser et obtenir un soutien à plusieurs niveaux.

Tout d’abord, nous devons atteindre les jeunes eux-mêmes, car ils sont les premiers à être touchés. Nous devons également engager des leaders influents religieux et coutumiers. Enfin, nous devons pousser les organisations gouvernementales, non gouvernementales et de la société civile à veiller à ce que les services de santé sexuelle et reproductive soient adaptés aux jeunes, c’est-à-dire accessibles, abordables, confidentiels et fournis sans préjugés.

***

J’ai récemment assisté à une réunion régionale à Ouagadougou co-organisée par Pathfinder et son projet E2A, la Fondation Bill & Melinda Gates et l’Unité de coordination du partenariat de Ouagadougou.
C’était ma chance de partager et de défendre mes positions – pour faire entendre ma voix par les représentants du ministère de la santé de votre pays, des organisations non gouvernementales et de la société civile du Burkina Faso et des huit autres pays du partenariat de Ouagadougou.
Je devais tirer le meilleur parti de cette opportunité.

Le jour avant de délibérer avec ces représentants, j’ai assisté à un atelier de pré-réunion pour les défenseurs des jeunes comme moi. Nous avons parlé des obstacles auxquels sont confrontés les jeunes dans toute la région, ce qui les empêche d’accéder librement à la contraception.

Prix élevés de la contraception. La désinformation se propage dans les réseaux sociaux aux jeunes. Tabous culturels autour de la sexualité des adolescents. Fournisseurs de services biaisés.

Nous nous sommes familiarisés avec les plans et les budgets de nos pays pour la planification familiale, nous demandant s’ils intègrent des pratiques fondées sur des données probantes qui traitent de ces obstacles.

Le lendemain, j’ai rejoint mes amis qui sont les jeunes leaders du Burkina-Géneviève Tarnagda, Mohamed Zerbo et Laure Ouedraogo, les jeunes défendant pour le compte d’autres jeunes burkinabés. Nous nous sommes assis côte à côte avec les décideurs de haut niveau de mon pays pour examiner le Plan de mise en œuvre de la planification familiale du Burkina Faso.

Ces officiels se sont éloignés de la table avec des recommandations de Géneviève, Mohamed et Laure et I. Si elles ne l’avaient pas fait auparavant, ils savent maintenant que les jeunes du Burkina Faso ont besoin:

  • Accès facile à toute la gamme des méthodes contraceptives, y compris les plus efficaces: les implants réversibles à action prolongée et les DIU
  • L’éducation sexuelle, qu’elles soient dans ou hors de l’école
  • Possibilités d’être impliqué dans l’élaboration et la mise en œuvre du Plan national de mise en œuvre de la planification familial

La réunion était comme aller à l’école pour moi. Et ce n’est que le début. L’expérience m’a fourni une base réelle pour mon plaidoyer à l’avenir.

Je pense que ma grande soeur serait fière.

 

Zeynabou Bere, âgé de 25 ans, sert de leader jeunesse à travers un réseau dirigé par la Fédération internationale de planification familiale au Burkina Faso. Elle est également étudiante à l’université polytechnique privée Shalom IPS de Ouagadougou et elle étudie les communications et le journalisme.